Qui suis-je?

jeudi 5 mai 2016

Soulagée!

J’ai rencontré la directrice du secondaire, hier après-midi, en compagnie de grande M. Vous l’aurez compris en lisant le titre de ce billet : ça s’est bien passé!

La directrice s’est montrée ouverte et à l’écoute, sans aucun jugement ni préjugé face à la scolarisation à domicile. Étonnamment,  elle n’avait reçu aucune information sur nous de la part du directeur de l’école primaire, pas même les résultats des examens que grande M. a faits cet hiver.

Je lui ai raconté le parcours scolaire de grande M., ses forces et ses faiblesses, et elle a tout pris en note. Elle n’a pas remis ma parole en question et ne m’a pas demandé de « preuves » de ce que je lui disais.

J’ai vraiment apprécié qu’elle amorce la rencontre en s’adressant à grande M. directement, en lui demandant comment elle allait et comment elle se sentait face à l’entrée au secondaire. Tout au long de la rencontre, elle s’adressait autant à ma fille qu’à moi et s’intéressait à elle. Elle lui a demandé ce qu’elle aimait le plus faire, ses matières préférées et celles qu’elle aime le moins.

En l’entendant parler à ma fille de la sorte, j’ai réalisé que le directeur de l’école primaire n’avait jamais fait ça avec elle. En fait, il n’a jamais semblé s’intéresser à ma fille et ne lui pose jamais de questions lorsqu’elle m’accompagne aux rencontres à l’école. Il s’adresse toujours juste à moi et ne parle que de notes, d’examens, de « traces » et de « preuves ». Ma fille aurait aussi bien pu ne pas être là du tout que ça n’aurait rien changé. Bref, j’ai apprécié l’approche de la directrice, plus humaine et sympathique, plus intéressée à connaître ma fille que ses performances et ses notes.

Pour l’instant, le classement de grande M. au régulier avec soutien en maths tient toujours, mais la directrice en parlera avec la directrice du programme de formation adaptée pour être certaine. Elle craint que la formation adaptée ne soit pas assez stimulante pour ma grande, puisqu’elle a des difficultés seulement en maths, mais est à niveau en français, mais est un peu embêtée entre l’écart important entre les résultats dans ces deux matières de base. Je lui ai dit que nous étions ouverts à tout programme qui serait jugé pertinent pour ma fille compte tenu de son parcours scolaire atypique.

Je suis encore un peu inquiète à l’idée de l’envoyer au régulier, j’ai peur que la marche soit trop haute entre la scolarisation en un à un qu’elle a reçue au cours des dernières années et les gros groupes scolaires… Ça ne semble pas inquiéter ni stresser ma fille outre mesure.  Je m’attends à ce qu’elle « rushe » vraiment beaucoup en début d’année scolaire, mais j’imagine qu’elle ne sera pas la seule. L’entrée au secondaire est une grosse étape pour tout le monde… Je vais essayer de moins m’inquiéter et de lui faire confiance. Pas facile pour moi, ça… ;-)


Bref, je suis soulagée, j’ai été entendue et écoutée, ma fille aussi, et on est officiellement en route vers le secondaire! 

5 commentaires:

  1. Bon, un bémol à mon yé! quand même. Voici ce que je pense, moi qui ne connais ta fille que par tes écrits et qui peut donc être totalement dans le champ! Si ta fille est si tant sereine est pas stressée, c'est parce qu'elle ne réalise pas du tout ce qui l'attend. Et toi, si tu t'attends à ce qu'elle soit du même niveau que des élèves qui n'ont pas de trouble d'apprentissage, tu vas souffrir et rusher autant qu'elle. Mais je le sais bien que tu connais trop bien ses déficits et que ce n'est pas pour rien que tu t'inquiètes.

    Alors voici mes conseils non-sollicités de mère d'une fille qui a des troubles sévères d'apprentissage, des conseils que franchement, j'aurais aimé qu'on me donne! :

    1)Ne surtout pas essayer, tenter, pousser pour que la pauvre enfant soit au niveau de la classe (oui, oui, j'ai fait tout ça,pleine d'espoir). Au bout d'une demi-heure de devoirs (pas plus, pas plus, à cause de ses problèmes d'apprentissage, ta fille va déjà être épuisée par sa journée d'école), tu écris dans son agenda "Ma fille a bien travaillé pour son devoir de math et elle est allée au maximum de ses capacités". Si ta fille a un prof qui ne comprend pas qu'elle ne se soit rendue qu'au numéro un du devoir qui comporte dix numéros, tu spécifies également "étant donné son diagnostic de dyscalculie sévère". (note: elle n'a pas ce diagnostic?, ça vaut la peine d'aller le chercher. Plus d'aide et plus de crédibilité.)

    Tu parles énormément beaucoup des arts plastiques, matière qu'elle aime, ou elle excelle et peut se valoriser). Le reste? Elle a des problèmes d'apprentissage, elle fait de son mieux et son mieux est aussi ton mieux à toi et tu es fière d'elle.

    Importance mise sur les contacts amicaux. Amies invitées à la maison, prévention de toute intimidation ou mise de côté par ses pairs, avoir des yeux et des oreilles, faire du bénévolat dans sa classe si tu peux, bref, vigilance extrême à ce niveau. C'est cent fois plus important que l'académique.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Chère Femme libre, je note soigneusement tes conseils. Je sais que tu es passée par là avec tes propres enfants et que tu en sais long sur le sujet! Merci!

      Effacer
  2. Je partage ton soulagement !
    La route est encore longue, mais chaque petit pas est un tremplin !
    Bonne chance grande M. pour la suite, et gros bisous à vous 6 !

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci! Gros bisous à toute ta grande famille à toi aussi!!!

      Effacer

Laissez-moi un petit commentaire, si le cœur vous en dit! J'adore vous lire!