Qui suis-je?

lundi 14 juillet 2014

Allaiter, c’est sexuel?



Vous trouvez peut-être que je suis en retard pour écrire sur l’affaire Mélodie Nelson, cette maman qui s’est fait expulser deux fois plutôt qu’une d’une pataugeoire publique pour y avoir allaité son bambin.

Je sais, je suis en retard! Le « buzz » est passé, comme on dit. Mais j’étais incapable d’écrire sur ce sujet plus tôt, tellement j’étais en colère par toute cette histoire. Les mots se bousculaient, les idées tourbillonnaient, et moi, je rageais!

Comment peut-on concevoir qu’en 2014, après des années de luttes féministes, on voie encore le corps de la femme comme un objet sexuel? Et ce, dans toutes les circonstances, même les moins sexuelles, sensuelles et aguichantes? 

Ça me choque et ça me déprime en même temps. En tant que société, quel message envoyons-nous à nos filles?

Bon, voilà que je m’emporte à nouveau! 

Revenons-en au fait.

Ce qui s’est passé : une maman est à la pataugeoire avec ses deux jeunes enfants. Son bambin éprouve soudain un besoin (physique ou psychologique, peu importe!) de téter. La maman, attentive à son enfant, le prend et lui donne le sein. Point. Fin de l’histoire. Finito. 

Avez-vous lu quelque chose de sexuel là-dedans? 

Ce qui ne s’est PAS passé : La maman, tout en allaitant, n’a pas dénudé sa poitrine au complet de façon suggestive. Elle ne s’est pas léché les lèvres de façon aguichante en faisant des clins d’œil cochons aux autres baigneurs. Elle ne s’est pas mis la main dans la culotte pour se masturber. Elle ne s’est pas tripoté l’autre mamelon de façon sexy pendant que son bébé buvait à l’autre sein.

Pantoute. Pas du tout. Il n’y avait RIEN de sexuel dans son geste, ni dans son intention, et je suis pas mal sûre dans ses pensées non plus.

Pourtant, des gens se sont sentis « mal à l’aise » qu’elle ait allaité en public. Pourquoi? Parce qu’ils perçoivent le sein de façon sexuel uniquement.

Alors, qui est le plus pervers? La maman qui accomplit le geste de nourrir son enfant avec sa glande mammaire, son sein, qui a été conçu pour ça par la nature? Ou celui qui la regarde faire et qui voit tellement ce geste de façon sexuel qu’il en éprouve un malaise?

La perversion est dans le regard de celui qui regarde.

Le sein est une partie de l’anatomie féminine qui, dans notre société, est principalement considéré comme sexuel. Pourtant, pour certaines personnes, ce sont d’autres parties du corps qui sont excitantes sexuellement.

Prenons par exemple une personne qui est excitée par les pieds. Imaginez que vous êtes à la piscine municipale et, bien entendu, vous vous promenez pieds nus. Le sauveteur vient alors vous voir et vous dit : « Excusez-moi, mais un monsieur a vu vos pieds nus et ça lui crée un certain malaise. Pourriez-vous mettre des bas, sinon vous devrez quitter la piscine. »

Auriez-vous accepté de partir? Certainement pas! Auriez-vous mis vos bas? Vos gougounes, au moins? Même pas? Je parie que vous auriez répondu au sauveteur que si le monsieur en question est si mal à l’aise de voir vos pieds, il n’a qu’à quitter les lieux lui-même ou à regarder ailleurs.

Ça semble absurde? Eh bien, c’est aussi absurde que ce qui est arrivé à Mélodie.

Voici maintenant quelques arguments lancés par ceux qui ont un malaise face à l’allaitement en public : 

« Oui, mais des seins, c’est une zone érogène! »

Ben oui, comme tout plein d’autres parties de notre corps. Les lèvres, par exemple, sont une zone très sensible et c’est pourquoi c’est si agréable et excitant de s’embrasser.

S’il faut cacher les seins en tout temps, même lorsqu’ils servent à l’allaitement, sous prétexte que c’est une zone érogène, je propose aussi qu’on se cache les lèvres. C’est beaucoup trop sexuel de montrer ses lèvres en dehors de la chambre à coucher.

« Allaiter, c’est un acte intime entre la maman et le bébé »

Embrasser quelqu’un est aussi un acte intime. Pourtant, nous avons tous déjà embrassé l’être aimé en public sur les lèvres!

Donc, puisque les lèvres sont une zone érogène, et que s’embrasser est un acte intime entre deux personnes, c’est aussi sexuel qu’allaiter!

C’est pour ces raisons que je propose, afin d’éviter tout malaise, que soient créés dans les lieux publics, des « salles d’embrassement », au même titre qu’ont été créées les salles d’allaitement.

Vous pourrez donc vous y rendre si vous avez l’envie ou le besoin d’embrasser l’être aimé lorsque vous vous trouvez dans un lieu public.

« Ben là, je ne choisis pas quand j’ai le goût de donner un bisou à mon partenaire! Des fois, c’est spontané, juste parce que j’ai une bouffée d’amour et de tendresse! Je ne planifie pas tout le temps ça! »

Ben, imagine-toi donc que c’est pareil pour l’allaitement! Si je suis au centre d’achat, dans l’allée A, et que la salle d’allaitement est au fin fond de l’allée Y, ça se peut fort bien que je décide d’allaiter bébé sur place s’il a soif. Lui aussi, ses besoins de bébés sont spontanés et non planifiés!

« OK, mais si j’ai le goût d’embrasser mon amoureux pareil, au moment où j’en ressens l’envie? Et s’il n’y a pas de salle d’embrassement où je me trouve? »

Ah, ben là, tu as plusieurs options : 1) quitter les lieux; 2 ) vous cacher sous une couverture; 3) vous cacher sous un torchon, un linge à vaisselle ou n’importe quel autre bout de tissu que quelqu’un d’outré par vos baisers vous aura donné; 4) vous cacher sous un « tablier d’embrassement » sous lequel vous aurez beaucoup trop chaud;  5) aller vous embrasser aux toilettes ou dans une salle d’essayage.

Oui, parce que le malaise potentiel que pourrait ressentir le pervers cochon obsédé sexuel la personne sensible qui te voit embrasser la personne que tu aimes est beaucoup plus important que ton besoin d’exprimer cette marque d’affection.

« C’est vraiment ridicule! Ce n’est pas sexuel, quand j’embrasse la personne que j’aime, c’est juste beau, doux, et plein d’amour! »

Tu as parfaitement raison. L’allaitement aussi!

Encore une fois, cette analogie semble absurde, non?

Vous aurez sans doute perçu le cynisme et l’ironie sous mon idée de « salles d’embrassement ». C’est que, voyez-vous, j’ai toujours trouvé que les salles d’allaitement sont une fausse bonne idée. 

Bonne idée parce que ça permet aux mères d’allaiter calmement, sans avoir à subir le regard des gens sur elles. 

Mauvaise idée, parce qu’à vouloir cacher l’allaitement, ça envoie le message que c’est toléré, mais pas accepté. Si on veut que l’allaitement soit considéré comme parfaitement normal, il faudra bien un jour cesser de se cacher pour le faire, non?

Tout le monde médical met une pression énorme sur les mamans pour qu’elles allaitent. Mais quand elles le font, elles doivent s’isoler, se cacher, ne pas le faire trop longtemps ni trop souvent.

Et surtout, surtout ne pas montrer trop de sein. Parce qu’il y a des pervers cochons obsédés sexuels gens qui ne peuvent s’empêcher de penser au sexe quand ils voient un petit bout de sein qui dépasse derrière la tête d’un bébé qui tète. Beurk, j’écris ça et ça sonne vraiment malsain, non?

L’allaitement n’est pas sexuel. Les seins et le corps de la femme ne sont pas des objets sexuels non plus.

L’allaitement est un geste normal, naturel et rempli d’amour.


Qu’on se le tienne pour dit, une fois pour toutes!


4 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec toi ... mon sang n'a fait qu'un tour avec cette histoire là. D' un côté on prône l'allaitement, mais de l'autre il ne faut pas que ça paraisse. De tout façon tout ce qui touche à l'enfance et les femmes est un peu traité de cette façon. On octroie des subventions pour augmenter la natalité, mais des enfants qui crie au resto ou à l'épicerie personne n'en veut. De même qu'on les veut tous assis, tranquilles, silencieux et soumis à l'école. Les femmes font des bébés ... sans elles le monde ne serait pas. Mais les congés de maternité sont à durée déterminée, pas questions de ralentir le rythme lorsqu'on a nos règles, que l'on allaite ou que simplement une épidémie de gastro sévit dans la fratrie (ou parfois les trois en même temps !!!) Il faudrait faire des bébés, accoucher sans crier, allaiter sans que cela ne paraisse, élever une trâlée d'enfant tout en travaillant 40 h semaine et en tenant une maison impeccable sans oublier de bénévoler au foyer de personnes âgées du quartier. Courage c'est l'été; on peut allaiter en bikini, les doigts de pieds en éventail et ceux à qui ça déplait, n'ont qu'à pas regarder !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "On octroie des subventions pour augmenter la natalité, mais des enfants qui crie au resto ou à l'épicerie personne n'en veut. De même qu'on les veut tous assis, tranquilles, silencieux et soumis à l'école."

      C'est tellement vrai, ce que tu dis! Ça dérange, des enfants. Ça crie, ça joue, ça rit, ça court. Des fois, ça ose même jouer au hockey dans la rue! Ça bouge, ces petites bibittes-là!

      Je trouve que nous sommes dans une société très intolérante par rapport aux enfants. Et si on les laissait, justement, être des enfants?

      Supprimer
  2. J'adore ce texte!! (comme tout tes autres textes, d'ailleurs) Tu es une femme avec une mentalité et des valeurs extraordinaire, une très belle source d'inspiration. Ton texte sur le gluten me fait particulièrement réfléchir...j'ai le goût de l'essayer pour Xavier.

    Geneviève B. :)

    RépondreSupprimer
  3. Merci, ma belle Geneviève, pour tes mots si gentils! Je pense à toi et à Xavier très souvent, j'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir un de ces jours. xxx

    RépondreSupprimer

Laissez-moi un petit commentaire, si le cœur vous en dit! J'adore vous lire!